Retour à l'accueil
  • Restauration et prospective
  •   /  Actions au quotidien

140 tonnes d’ulves ramassées sur la plage de Ferrières à Martigues

Jeudi 16 et vendredi 17 novembre, le Gipreb est intervenu pour tester un faucardeur ramasseur d’ulves sur la plage de Ferrière, qui avait été recouverte d’algues après de forts coups de mistral. Ce sont près de 15 bennes qui ont été remplies et évacuées en 12 h, soit 140 tonnes d’algues extraites.

 

C’est une drôle de machine, la « Poletto-mobile », qui s’est attaquée aux marées vertes de l’anse de Ferrière, récupérant les ulves dans l’eau de façon très efficace, avec un rendement élevé.

Une des missions du Gipreb est en effet d’effectuer des tests pour le ramassage des ulves. Si la machine, de par son poids, ne peut intervenir sur certains rivages de l’étang, les essais sur la plage de Ferrière ont été plus que concluants. Néanmoins, la quantité d’ulves était tellement importante que 12 heures n’auront pas permis pour extraire toutes les algues.

L’intérêt de ce type de ramassage, directement dans l’eau, c’est qu’il permet de récolter une algue dépourvue de sable qui peut ensuite être valorisée, comme le fait par exemple la société Eranova pour produire des bioplastiques pour l’emballage.

La récolte dans l’eau permet aussi d’empêcher l’échouage des algues vertes sur la plage et leur putréfaction qui peut engendrer des dégagements d’hydrogène sulfuré (H2S), gaz toxique.

La prolifération des algues vertes est liée à l’excès de nitrates dans les eaux de l’étang dont 50 % proviennent des rejets des eaux de la Durance de la centrale EDF de Saint-Chamas. C’est une des manifestations du dysfonctionnement de l’étang de Berre qu’on appelle « eutrophisation » et qui veut dire, simplement, qu’il y a des apports excessifs de nutriments.