Retour à l'accueil
  • Un territoire à vivre
  •   /  Activités de loisirs

Jeux olympiques :

Le cercle de voile et la Ville espèrent bénéficier de l'effet JO 2024

 
C'était le sujet de discussion favori, lors de tous les championnats qui se sont déroulés ces derniers étés sur la base de Tholon. Les Jeux olympiques, simple rêve inaccessible il y a encore quelques années, se sont rapprochés d'abord lors de l'attribution des épreuves de voile "si Paris gagnait"... Et depuis mercredi, la réalité est bel et bien là : la rade sud de Marseille, à proximité immédiate, sera le théâtre de cet événement de portée internationale.
Comment Martigues pourrait-elle s'intégrer dans le mouvement, pour ainsi bénéficier des retombées des Jeux ? Éliane Isidore, adjointe aux sports, et Pierre Caste, président du club de voile de Martigues et du Comité départemental, veulent en tout cas tenter le coup. "Des plans voile vont être mis en place, et nous allons bien entendu nous y intéresser, indique l'adjointe. Ensuite, pour nos jeunes, pour le club, ce sera formidable de pouvoir aller voir des sportifs de haut niveau à proximité."

Un site d'entraînement et de logistique
Et si Martigues n'accueillera pas de régates, Pierre Caste réitère un souhait maintes fois exprimé, celui d'accueillir des équipes lors des phases de préparation. "Au CVM, nous avons les infrastructures et l'habitude d'accueillir des compétitions d'envergure, et je ne désespère pas, d'ici 2024, de progresser encore dans ce domaine. Pour les Jeux, il est sûr que Marseille ne pourra pas accueillir tout le monde. Notre site peut servir de base, pour la logistique comme pour les entraînements des équipes. Ce sera à nous de nous mobiliser pour faire encore mieux connaître nos atouts."
L'étang de Berre est en effet devenu le théâtre estival de nombreux championnats de voile pour les catégories de jeunes. Et le président de la fédération française de voile, connaît bien les lieux. "Je suis persuadé que nous avons une belle carte à jouer , ajoute Pierre Caste. Je suis déjà à l'affût de toutes les informations qui pourront être utiles à la Ville dans ce but". Éliane Isidore estime que ces épreuves pourront aussi entraîner une hausse du nombre des licenciés au CVM, "club ouvert à toutes les catégories de pratiquants". "Je souhaite surtout que l'olympisme revienne à ses fondamentaux", conclut-elle.

15 septembre 2017