Retour à l'accueil
  • Un territoire à vivre
  •   /  Activités de loisirs

L'étang de Berre : une place forte du nautisme

Photographie : Patrice AguilarPhotographie : Patrice Aguilar

La Région Provence-Alpes Côte d'Azur porte une politique de la mer ambitieuse en soutenant les démarches « port-propre », en favorisant l'accès à la mer au plus grand nombre et en soutenant les activités de pêche responsable. Elle est donc un partenaire aux côtés des communes et se réjouit de poursuivre avec elles le Contrat d'étang sur la saison 2.
L’étang de Berre est une place forte du nautisme et un des objectifs du Contrat d’étang est bien de favoriser les loisirs nautiques. Ceux-ci sont dépendants de la qualité de l'eau, des aménagements et de l'image générale de l'étang.

 

Les loisirs nautiques sur l’étang sont très divers : dériveur, voile, kite-surf, paddle, plaisance, jet-ski. Ils se sont développés durant la saison 1 du Contrat sous l’effet d’une augmentation des événements nautiques. Martigues organisait déjà des manifestations internationales de voile de renom, qui ont participé d'ailleurs à modifier l'image de l'étang. L’étang de Berre est aujourd’hui reconnu par le milieu sportif comme étant un magnifique plan d'eau. Mais d'autres villes se sont lancées dans l'organisation de manifestations sportives, comme Istres avec la création d’une manifestation de canoë kayak ou Berre l'Etang avec l’organisation des Championnats de France de catamaran classe A.

 

Dans la saison 2, il s’agira notamment de consolider ces événements. Ainsi, le club nautique Berrois souhaite pérenniser la dynamique et proposer chaque année une épreuve du calendrier national fédéral notamment élargie à toutes les séries de voiles légères. Ces compétitions se dérouleront sous forme de raid autour de l’étang mettant en synergie le maximum de clubs du pourtour de l’étang.

Cette volonté d’améliorer les loisirs nautiques se traduit aussi par la modernisation de bases nautiques comme souhaite le faire Marignane ou encore Saint-Chamas et Istres.

Photographie : Marc Torres

Au niveau de la plaisance, l’étang de Berre comprend 10 ports dédiés à la pêche et à la plaisance pour un total de 1 500 places à flots. La Région a lancé la Charte des ports pour en faire des outils stratégiques de développement durable des territoires. Ainsi, certains de ces ports sont en train de réaliser les démarches pour obtenir le label « port-propre ». C'est le cas de Saint-Chamas et de Berre l'Etang et bientôt d'Istres. La ville d’Istres porte en effet un projet de revalorisation du port de plaisance des Heures Claires. La reconstruction de la capitainerie, l'aménagement des petites plages avec mise à l'eau, l'augmentation de la capacité du port de 164 anneaux avec création d'une digue, ainsi que l'aménagement de l'ensemble du port (quai, parcours piéton, plantation, stationnement et circulation automobile), permettront la création d'un véritable port de plaisance, plus fonctionnel, respectant les normes environnementales et de sécurité en vigueur, améliorant ainsi la qualité d'accueil des plaisanciers.

Il est aussi important que ces plaisanciers soient pleinement acteurs de la protection de l’étang de Berre. Des actions de sensibilisation sont ainsi prévues pour former ce public aux spécificités de la lagune.

Enfin, si ces loisirs nautiques sont en augmentation et se diversifient, il ne faut pas qu’ils entrent en conflit les uns avec les autres ni avec les espaces d'intérêt écologique. Il est donc important d’intégrer dès à présent dans la logique de Contrat, l'augmentation de la demande d’usages. Ainsi, les questions d’orientations à donner à chaque activité, d’organisation et d’évaluation des impacts sur les milieux et les autres usages seront centrales dans le programme d’actions de la saison 2 du Contrat. Le Gipreb et ses partenaires portent ainsi un projet de Schéma d’organisation des loisirs nautiques. Sur la base des activités nautiques actuelles et des contraintes réglementaires, une concertation entre les acteurs serait mise en place pour voir comment mieux harmoniser ces usages et se répartir l’espace. Le Gipreb dispose déjà d’une carte des usages nautiques et des contraintes réglementaires. Il conviendra d’y rajouter toutes les autres informations notamment sur les zones de pêche, les habitats naturels.