Retour à l'accueil
  • Observatoire du milieu
  •   /  Apports polluants

Les pressions exercées sur l'écosystème

Comme pour tout milieu lagunaire, l’écosystème de l’étang de Berre est largement conditionné par la nature et la quantité des apports en provenance de son bassin versant : eau douce, limons, nutriments, contaminants. Les apports d’eau douce proviennent à la fois des eaux de pluies qui arrivent jusqu’à l’étang via le bassin versant et ses tributaires mais aussi des apports de la Durance via le canal usinier EDF.

 

Les apports du bassin versant naturel et du canal EDF

Après trois années marquées par des conditions hydro-météorologiques sèches (2005,2006 et 2007, depuis 2008 l'hydrologie est nettement plus élevée. Le cumul annuel de précipitation a été de 818 mm en 2009 et 608 en 2010, ce qui, sur la surface de l’étang de Berre, correspond approximativement à un volume comprisentre 150 et 93 millions de m3 en apports pluviaux. Les tributaires naturels ont également vu leurs apports en eau augmenter, avec des contributions totales de 254 et 238 millions de m3 en 2009 et en 2010, et respectivement de 133 à 115 pour l’Arc, de 37 à 32 pour la Cadière et 85 à 90 pour la Touloubre. De forts épisodes de crues ont également pu avoir lieu. Enfin, les apports en eau de la Durance par le canal usinier ont été de 997 millions de m3 en 2009 et 952 (fin novembre) en 2010.

 

Les apports solides (matières particulaires) par les tributaires naturels Arc, Touloubre, Cadière, sont très variables et dépendent de l’hydraulicité, ils varient de 2 000 à 80 000 tonnes, sans toutefois prendre en compte les épisodes de crues (qui peuvent constituer jusqu’à 99% des flux de matières en suspension par les tributaires naturels). Sur la période 2009-2010, les apports en limons par le canal usinier ont été de 42 156 tonnes en 2009 et 54 422 tonnes en 2010 (fin novembre).

Les apports en Matières en suspension et en sels nutritifs suivent globalement les tendances évolutives des apports d’eau douce par les tributaires. Des trois tributaires naturels, l’Arc est généralement le principal contributeur en sels nutritifs, apportant ainsi en 2008 près de 370 tonnes de N-NO3 et 20 tonnes de P-PO4, soit 2 à 3 fois plus que la Touloubre et 3 à 10 fois plus que la Cadière. Les apports en nutriments par le canal usinier ne sont pas bien connus pour 2008, seule une série de mesures ponctuelles ayant été réalisées. En 2009, un suivi haute fréquence a permis de les estimer à 510 tonnes de N-NO3, 2 tonnes de P-PO4.

Les apports à l’étang concernent également les apports atmosphériques (estimés à 77t d’azote et 2t de phosphore en 1990), les eaux de ruissellement (estimés à 35t de phosphore et 100t d’azote en 1994) et les apports diffus par la nappe fluviatile de l’Arc (estimés à 40t de N-NO3 en 2001) [1].



[1] les valeurs des rejets urbains et industriels ne sont pas encore disponibles pour l’année 2008.

 

Les apports du bassin versant direct

Les apports du bassin versant direct se composent des rejets urbains, industriels et agricoles issus des activités localisées sur les rives de l’étang. Les volumes d’eau ainsi que la qualité des différents types de rejets font l’objet de suivis réalisés dans des cadres différents (réglementation, contrôle, acquisition de données scientifiques…) ne permettant pas aujourd’hui de disposer de valeurs de flux homogènes pour les différents paramètres.

 Le Volet 1 de l’étude des apports directs à l’étang de Berre permet cependant de disposer des éléments suivants concernant les apports du bassin versant direct :

Type d’apports - tonne/an

MES

DBO5

DCO

Ntot

Ptot

Hyd Tot

Métaux

Ruissellement direct

5715-6993

453-575

3383-4940

100

60

135-162

12519 - 28113

Voirie

83-154

1-18

25-93

NE*

NE*

1-3

411-457

Station d’épuration (STEP)

112

83

589

57

5,7

NE*

NE*

Industrie

292

NE*

1056

96,4

8,9

14

1,5

Atmosphère

470

147

397

35

9

26

3,34

* Non Evalués

Les apports souterrains

L’étang de Berre est concerné par les apports de trois aquifères principales :

-          l’aquifère du delta de l’Arc sur les communes de Berre l’étang, Lançon de Provence et Saint-Chamas

-          l’aquifère de Marignane sur les communes de Marignane et Châteauneuf-les-Martigues

-          l’aquifère de la Crau sur les Communes de Miramas, Istres, Saint-Mitre les Remparts et Martigues.

Les données concernant ces aquifères, tant quantitatives que qualitatives sont très éparses et ne permettent pas de dresser un bilan de leurs apports. L’écoulement de l’aquifère de l’Arc vers l’étang est estimé à 4 500 000m3/an. La masse d’eau est concernée par des apports d’azote issus de l’activité agricole et de l’assainissement ainsi que des apports de produits phytosanitaires sur la plaine de Berre.

Etat de l’assainissement :

La Directive eaux résiduaire urbaine du 21 mai 1991 imposait la mise à niveau des systèmes d’épuration : réseau et ouvrages de traitement. A ce titre, le bassin versant de l’étang de Berre est classé en zone sensible et trois échéances étaient fixées :

­ 31 décembre 1998 pour les agglomérations de plus de 10 000 EH

­ 31 décembre 2000 pour les agglomérations de plus de 15 000 EH hors zone sensible

­ 31 décembre 2005 pour les autres agglomérations

Des retards ont été enregistrés dans la mise en conformité des systèmes d’assainissement des communes du bassin versant mais la situation actuelle fait état de 92 % de rejets conformes.

Concernant les ouvrages de traitement : Données Mise 13 – septembre 2009

 

Capacité en EH

Nbre de Station d’épuration

% Eh non conforme

% de Step non conforme

Bassin versant de l’Arc

356 633

25

13

20

Bassin versant de la Touloubre

106 200

8

12

25

Bassin versant de la Cadière

120 000

1

0

0

Bassin versant direct

158 000

5

0

0

Total des bassins versants

740 833

39

8

18

Concernant les réseaux :

La directive spécifie que les réseaux, pour être conformes, ne doivent pas présenter de rejets significatifs par temps sec. Ainsi, il s’agit de transformer les réseaux unitaires en séparatifs. Les points noirs du bassin versant se situent sur les communes de Miramas, en réseau unitaire, et à Salon de Provence, où les eaux usées de certaines habitations du centre ville sont évacuées par un canal de drainage non relié au système de traitement des eaux. Des travaux sont d’ores et déjà programmés ou en cours de réalisation pour remédier à ces problèmes.

Communes

Communauté d’agglomération

Pluvial

Compétence

Assainissement

Compétence

Berre l’étang

Agglopôle Provence

septembre

communale

Septembre 2009

communautaire

Rognac

En cours

communale

Saint Chamas

Non

communale

Vitrolles

Communauté d’agglomération du Pays d’Aix

En cours

communale

Terminée 2000

communale

Marignane

Marseille Provence Métropôle

2007

communale

Terminé

communautaire

Châteauneuf les Martigues

Terminée

communale

Martigues

Communauté Agglomération du Pays de Martigues

Non

communale

Terminé 1990

communautaire

Saint Mitre les remparts

Non

communale

Istres

SAN Ouest Provence

Projet

communale

Relance en 2010 sur Istres

communautaire

Miramas

 

 

Etat d’avancement et compétence de gestion des réseaux d’assainissement des eaux usées et pluviales

> Documentation téléchargeable :