Retour à l'accueil
  • Actualités
  •   /  Lu dans la presse

Pêche dans l'étang de Berre : confusion à la suite de l'arrêté

La préfecture vient d'interdire la pêche sur le canal du Rove ; l'étang de Berre n'est pas concerné.

 

En début de semaine, un jeune pêcheur professionnel de l'étang de Berre, qui voulait vendre le produit de sa pêche à un mareyeur,
s'est vu opposer un refus. Le poissonnier s'appuyait sur un arrêté préfectoral tout récent, qui interdisait désormais la pêche sur le canal du Rove, dans le cadre du "plan d'action PCB". Sans doute rendu inquiet par cet arrêté, le poissonnier a préféré refuser en bloc la pêche issue de l'étang de Berre.
Pourtant, Philippe Picon, le directeur du syndicat mixte GIPREB (Gestion intégrée, prospective et restauration de l'étang de Berre), est catégorique : "Il n'y a aucune raison objective à ce refus : dans l'étang de Berre et l'étang de Vaine, les analyses ne montrent aucune contamination des poissons par les PCB. Ils sont de bonne qualité sanitaire et peuvent être consommés". Philippe Picon en est d'autant plus sûr qu'il s'appuie sur le détail des analyses effectuées : "Dans chaque lieu, il a été étudié quatre ou cinq espèces de poissons, et les analyses ont porté sur cinq poissons de chaque espèce. Dans l'étang de Bolmon - où la pêche est interdite depuis le début des années 2000 - tous les poissons étaient contaminés ; dans l'étang de Berre, tous les poissons étaient sains".
Pourtant, rien n'empêche les poissons de passer de l'un à l'autre.
"C'est vrai, mais il y a manifestement une barrière entre les milieux : il semble que les poissons restent inféodés à leur milieu
d'origine, en particulier les poissons présents dans l'étang de Bolmon et le canal du Rove, dont la salinité est moins importante. Pour l'étang de Berre, la situation est tout autre : les poissons circulent par le canal de Caronte et passent beaucoup de temps en mer".
A cela s'ajoute une raison liée aux caractéristiques du PCB, qui ne reste pas dans l'eau, et se fixe dans les sédiments : "Le PCB concerne les poissons dits "fouisseurs", qui grattent le fond, comme les anguilles, précise William lillet, le ler prud'homme du quartier maritime de Martigues. Ces poissons, on les retrouve à Bolmon, pas dans l'étang de Berre. Et de toute façon, l'arrêté préfectoral ne concerne pas l'étang de Berre".
"Il n'y a donc aucune raison d'empêcher la commercialisation des poissons de l'étang de Berre, conclut Philippe Picon ; déjà que la profession est assez fragile, il faut éviter, par incompréhension, de la fragiliser encore plus".

Paul-Henry FLEUR

La Provence