Retour à l'accueil
  • Restauration et prospective
  •   /  Prospective socio-économique

Prospective socio-économique

Une vision prospective du territoire

L’objectif de l’opération est d’éclairer les décideurs publics et les acteurs locaux sur le projet de réhabilitation de l’étang de Berre, dans ses dimensions sociales et économiques. Les résultats constituent un outil d’aide à la décision pour le déploiement des investissements nécessaires à la restauration écologique de l’étang et au développement des usages liés au plan d’eau.

 

La réhabilitation de l’étang de Berre représente un enjeu majeur au niveau local, national et européen. Une des thématiques clef concerne la gestion de la chaîne hydroélectrique Durance – Verdon qui, rejetant d’importantes quantités d’eau douce et de limons dans l’étang, impacte fortement l’écosystème lagunaire et les usages liés au plan d’eau. 

Ainsi, le projet de réhabilitation porté depuis 2000 au sein du GIPREB a conduit à la réalisation de l’étude sur la faisabilité technique de l’arrêt de ces apports par la centrale hydroélectrique de Saint-Chamas, tout en maintenant le potentiel de production d’hydroélectricité. Une des conclusions de cette étude, finalisée en 2007, est qu’il serait techniquement possible de réaliser une dérivation du canal usinier vers le Rhône pour répondre à ces deux objectifs.

Cette étude a également permis d’évaluer le coût de l’investissement à réaliser. Mais l’analyse monétaire des grands postes identifiés est apparue insuffisante à rendre compte de tous les enjeux du projet. Les membres du GIPREB ont donc souhaité que cette logique d’investissement s’élargisse à une vision prospective du développement du territoire et puisse faire valoir à cette échelle le projet de dérivation dans toutes ses dimensions environnementales, sociales et économiques.

Une étude ambitieuse : l’analyse socio-économique de la réhabilitation de l’étang

L’objectif de l’opération est d’éclairer les décideurs publics et les acteurs locaux sur le projet de réhabilitation de l’étang de Berre, dans ses dimensions sociales et économiques. Les résultats constituent un outil d’aide à la décision pour le déploiement des investissements nécessaires à la restauration écologique de l’étang et au développement des usages liés au plan d’eau.

Un aspect important de l’opération a été de permettre l’adhésion des acteurs au processus d’étude et la co-construction des évaluations socio-économiques.

Une analyse quantifiée et monétarisée des avantages et inconvénients de la réhabilitation a été ainsi réalisée. Elle a également permis d’étudier les possibilités de portage et de financement des investissements, dans le but d’apporter des éléments rationnels d’aide à la décision.

Cette analyse s’est appuyer sur une comparaison entre la dérivation du canal usinier et deux autres situations :

-la situation actuelle, avec une gestion spécifique des lâchers à Saint-Chamas, qui sera utilisée comme référence ;

-l’hypothèse « restitutions totales en Durance », soit la limitation à 300 Mm3 des apports d’eau dans l’étang, sans dérivation mais en restituant l’essentiel des volumes d’eau vers la basse Durance.

Pour cela, l’analyse a identifié l’ensemble des avantages et inconvénients ou coûts et bénéfices de la dérivation et de l’hypothèse « restitutions totales en Durance » par rapport à la situation de référence :

-pour l’ensemble des activités marchandes et non marchandes impactées (positivement ou négativement) et pour l’environnement (effets positifs ou négatifs, directs et indirects),

-sur l’ensemble des territoires concernés,

-lors des phases de travaux et après travaux.

Une réflexion basée sur une démarche prospective

Des outils de prospective ont été privilégiés. En effet, les retombées territoriales à envisager dans la réflexion socio-économique ne sont pas aujourd’hui déterminées et ont nécessité, pour être identifiées, d’envisager différents futurs possibles autour de la réhabilitation de l’étang de Berre.

Il s’agira en outre d’obtenir, par la concertation, le partage et l’appropriation des hypothèses, des méthodes et des résultats de l’étude par l’ensemble des acteurs.