Retour à l'accueil
  • Un territoire à vivre
  •   /  Un territoire d'exception

Parc de l'ancienne poudrerie, un site naturel protégé

une friche industrielle rendue à la nature et ouverte au publicune friche industrielle rendue à la nature et ouverte au public

Une ancienne manufacture de l'armée devenue un espace naturel... Au nord-ouest de l'étang de Berre, à cheval sur les communes de Saint-Chamas et de Miramas, s'étend sur 118 hectares, le site de l'Ancienne poudrerie royale de Saint-Chamas.
Cette manufacture de poudre noire, puis d'explosifs, qui a fonctionné durant près de trois siècles, a cessé sa production en 1974.
En parcourant les chemins de cet espace rendu partiellement au public, on découvre un site exceptionnel et sauvage. Le paysage forme une sorte d'amphithéâtre à large panorama, qui s'étage des buttes de safre et de molasse calcaire d'une cinquantaine de mètres d'altitude, aux remblais divers et limons alluvionnaires de la rive de l'étang.

 

La variété des milieux rencontrés (colline sèche méditerranéenne, forêt humide rare en Provence, marais et roselière) présente une originalité remarquable.

Une faune et une flore exceptionnelles

L'ensoleillement important, combiné à une humidité due à un réseau dense de canaux, a favorisé le développement d'espèces tropicales et la formation d'une étonnante forêt hygrophile. Celle-ci constitue le coeur vert du site dans lequel se sont dévellopés frênes, ornes, érables, saules, peupliers, chênes, pédonculés, platanes, tilleuls, mais aussi cyprès chauves avec leurs curieux pneumatophores, bambous et féviers. En bordure de l'étang, l'espace naturel de la roselière colonise lentement l'anse de Saint-Chamas. Quelques taches de végétation propre à la sansouire s'étalent entre les roseaux et les fourrés du tamaris qui marquent la limite d'influence du sel.

Une végétation d'ici et d'ailleurs...

Deux jardins "ensauvagés", héritages des plantations entreprises par les directeurs successifs de la poudrerie, regroupent des espèves végétales provenant du monde entier. Sur les anciennes terrasses des moulins à poudre, se dressent cyprès verts, cèdres de l'Atlas, troènes de Chine gigantesques, pins d'Alep, laricio, pignons et zelkova (faux orme de Sibérie). Au nord -est, non loin de la cascade, la forêt, avec une pièce d'eau centrale, a pris les allures d'un jardin anglais abandonné, où croissent un séquoia voisinant avec un if et un ginko biloba, des bambous, des magnolias, des troènes, des yuccas, un plaqueminier de Virginie.

Sur les reliefs, la garrigue à romarin contraste avec le reste de l'espace boisé. Oliviers, amandiers et figuiers, témoins de l'activité agricole d'avant 1914, y côtoient pins d'Alep, chênes verts, robiniers, micocouliers, pistachiers lentisques, cistes et genêts. Cette somptueuse couverture végétale de l'espace induit une faune riche et variée : insectes, poissons, batraciens, reptiles, mammifères, 130 espèces représentées. Outre les flamants roses, on peut admirer cygnes, hérons et aigrettes, canards, sarcelles, grèbes, poules d'eau ainsi que des rapaces : balbuzards pêcheurs, buzards des roseaux, milans, buses, chouettes, grands ducs et encore toutes sortes de passereaux. Depuis quelques années, un couple de cigognes a choisi la Poudrerie comme quartiers d'été et chaque année, trois ou quatre petits cigogneaux y voient le jour.

Un lieu imprégné d'histoire

Les majestueux bâtiments de l'entrée principale, un ancien atelier de fabrication de poudre, d'imposants murs de soutènement, une tour adossée à la falaise de safre, des restes de voies ferrées et le monument aux vixtimes des explosions de 1936 et 1940 sont les témoins du premier site industriel de l'étang.

La chapelle Saint-Vincent, une chapelle romane du XIIè siècle a bénéficié d'une première restauration avec le soutien financier d'EDF et le soutien technique de l'Association pour l'action régionale en 2013.

Acquis par le Conservatoire du littoral en 2001 pour assurer sa protection définitive, le parc de l'ancienne Poudrerie est géré conjointement par les communes de Miramas et Saint-Chamas réunies au sein du Syndicat intercommunal de l'ancienne poudrerie), avec le concours du Département et de la Région.

Jours d'ouverture au public : 

le mercredi : 14 h -17 h (18 h d'avril à octobre)

les 1ers et 3èmes dimanches de chaque mois : 9 h - 17 h (18 h d'avril à octobre)